#EnfinSeule

#Paris18e #00:45 #LundiSoir

Advertisements

Make Over Room : Clic-Clac Edition

 

Quitter Paris, c’est tout un art. On peut échapper à Paris chez soi, dans un studio à Paris. Je vous ai perdu… mais c’est facile… de se perdre à Paris. J’ARRÊTE.

Installée à la Goutte d’or, quartier 0% gentrification, 0% caffè Latte, 0% carrot cake, 0% pancakes, la douceur hypster-fauchée se retrouve bien bien bien sur dans ma chambre.

Inutile de faire l’inventaire des achats. Seuls vrais acquisitions mercantiles : ce miroir “Maison du Monde” pour 9 euros et des guirlandes Primark bradées à 1 euro grâce à un chef de rayon excédé et loquace :”virez moi-ce-bordel des étagères, j’en-ai-marre-de voir-ces-trucs-pas-du-tout-diminuer-et-même-que-c’est-deja-le-foutoir-dans-ce-grand-magasin-qui-sent-bon-lepolyester-et-lacrylique”. Le reste est issue de recup’ trouvée ici et là, surtout chez maman.

Ô combien il est sympathique d’avoir un petit havre de paix dans un quartier pas calme. Pour se faire, j’ai gardé trois critères.

1/ Mon clic clac est vert canard. J’ai donc opté pour toutes les couleurs possibles (drap, coussins, taie) sauf le pastel, le terne caca doigt ou le marron-excrément-j’ai-mélangé-tous-mes-tubes-gouaches, pour “respecter” le ton criard du vert. j’ai respecté mes yeux également dans la foulée.

2/j’ai pas acheté de tableau sans significations, qui représente je ne sais quoi, ou encore pire, un ananas. J’ai demandé à un collègue hypster de me faire un Végéta, il m’a fait un sangohan. L’enfoiré.

3/J’ai mis de la paillette et du doré pour signaler que j’étais une jeune femme célibataire à Paris dans un 25m2 mais que je n’étais pas dépressive.

 

La Côte Est italienne d’Ancône à Numana

L’été dernier, j’ai décidé de partir en vacances, seule.  Inutile de changer une équipe de un, qui gagne.

Je me suis rendue dans région des Marches. Belle et peu touristique, j’ai passé d’excellentes vacances débarrassée de la foule fêtarde occidentale.

J’ai profité de quelques pécules, mis de côté, pour m’offrir un séjour de 2 semaines dans un 4 étoiles : le Seeport hôtel.

Je ne suis pas blindée, je suis bien seule.

C’est donc en groupe de 1 que j’ai effectué un petit circuit d’Ancône à Numana en passant par Sirolo. J’ai fait un saut à Rome et Perugia. J’ai fait un saut de 24h en Croatie. Bref, vacances fournies.

♣  Le front de mer d’Ancona ♣

Le meilleur restaurant d’Ancona ⇒ ♥ ALICE’S ♥

◊ SIROLO ◊

◊ Spiaggia Mezzavalle ◊

◊ NUMANA ◊

◊ PERUGIA ◊

♥♥♥  24 heures en Croatie  ♥♥♥♥

 

et puis revenir en France en passant pas Milan…

 

Un long week-end / de Paris à Avignon 2017

Le festival d’Avignon est terminé, tout le monde est rentré chez soi, pour certains dans la grisaille polluée parisienne clairsemée d’éclaircies providentielles.

Avant de retourner dans mon Nord-Est parisien pas chéri, j’ai eu le privilège de débarquer à Avignon pile-poil pour la dernière de la pièce de théâtre “Les parisiens” d’Olivier Py, acclamée par le public.

Continue reading “Un long week-end / de Paris à Avignon 2017”

6 lotions à base d’acide salicylique au banc d’essai

Votre hôte a de gros problèmes d’acné. Sujette à moqueries, la pâte à grumeaux qui me sert de visage est difficile à supporter.

C’est la peau mal touillée mais les idées claires, que je concocte un billet sur les lotions à base d’acide salicylique. Un ingrédient proclamé magique possédant (selon notices) l’avantage de dissoudre les résidus de calcaire, de réguler le PH de la peau et d’éliminer les dernières impuretés qui collent à l’épiderme. Le tout est donc censé raviver l’éclat du teint et empêcher de nouvelles apparitions d’imperfections.

Début 2016, j’ai donc essayé plusieurs lotions en l’espace de 6 mois, une après une. A chaque échec, j’en rachetais une autre (parce que je suis fun comme ça).

Continue reading “6 lotions à base d’acide salicylique au banc d’essai”

Trop pauvre pour trouver l’amour ?

pauvre

Été 2005, au détour d’une rue, je croise une ancienne camarade de lycée, Maïa, en plein milieu d’un quartier très résidentiel du 5e arrondissement de Paris. Improbable.

Maïa R. jeune femme “née dans l’argent”, issue d’un carcan bourgeois et cultivé, choisit à l’époque de nos 17 ans, le suicide sociale en refusant de se présenter aux épreuves du baccalauréat et à la rentrée hypokhâgne du Lycée Descartes d’Antony.

Pas de faux semblants, ni de sourires hypocrites, encore moins de faux rendez-vous ultérieurement ultérieures, Ô grande mirage de retrouvailles en bonne et due forme, nous investissons séance tenante une terrasse de café. Le déballage émotionnel est de rigueur.

Mademoiselle est amoureuse. Que dis-je ? Folle amoureuse, d’un jeune homme un peu farouche et beaucoup vénal. Maïa est au chômage. L’homme ne veut plus d’elle. Durant 6 mois, avec elle, il a niqué tous les soirs. Malheureusement cul est de moins en moins joli, depuis que le chômage s’installe en CDI. “J’ne veux pas être pauvre à deux” disait-il.

Les temps sont tellement difficiles, les hommes et les femmes sont logés à la même enseigne sur l’échelle de la vénalité.

Les hommes de ma génération refusent une situation que les hommes de la génération de mon père souhaitait acquise et voir perdurer :  être le pourvoyeur de bouffes et de loyer désigné.

“Excusez-moi, être pauvre, même avec une jolie fille, j’ai l’impression de me faire avoir”.

Ainsi soit-il en Île-de-France.

“Nocturnal Animals” : pourquoi absolument voir cette oeuvre ?

Parce qu’il s’agit d’une oeuvre. Avec “A single man” j’avais déjà exploré l’esthétique de Tom Ford. La scénographie épurée et efficace, presque théâtrale. Le beau. Dans Nocturnal Animals je retrouve cette sophistication, cette culture de la beauté, cependant elle se confronte au chaos, pour à la fin ne faire qu’un avec lui.

Le Plot :

Susan, jeune femme issue d’une famille bourgeoise et très conservatrice, dirige une galerie d’art. Elle est aussi la femme d’un businessman fort beau, qui la trompe allègrement à chacun de ses déplacements “pour affaires”. Il n’y a plus vraiment d’amour, à côté de sa vie professionnelle et sociale, riche de tout ce vide, tout va bien, jusqu’à la réception d’un manuscrit au contenu particulièrement violent écrit par Edward son ex-mari…

jake-gyllenhall

La réalisation du film est complètement maitrisé. La mise en scène minutieuse de Tom Ford est un pur régal pour tout cinéphile et elle serre impeccablement l’histoire. Un scénario implacable. On apprécie les silences, les non-dits, les incompréhensions.

Continue reading ““Nocturnal Animals” : pourquoi absolument voir cette oeuvre ?”

J’ai fait l’amour avec un con, il m’a même pas embrassée

image
Il demeure situation pire que la solitude en couple, plus triste que se sentir seule avec personne avec soi, il y a se sentir seule avec quelqu’un à l’intérieur de soi.

J’etais d’une humeur insouciante, j’étais  dans le besoin d’exercices charnels. j’aurais dû jouer à Twister.

J’ai fait l’amour avec un con.

Continue reading “J’ai fait l’amour avec un con, il m’a même pas embrassée”

Juste LE meilleur salon afro – métisse – européen

Ce que j’aime chez Dimitri ? Le métissage qui se lit sur son visage, la diversité de sa clientèle, qui est d’ailleurs à son image.

Des cadres dynamiques, de jolies étudiantes métisses, de magnifiques mamans noires, sûres d’elles, qui entrent au Planète Coiffure beauté comme dans leur salon.

Cette séance beauté qui a duré 2 heures, n’était pas du luxe, mes cheveux étaient dans un état catastrophique, pour ne pas dire caca-strophiques.

image

Ils étaient secs, drus, cassés et un peu poreux, enfin la totale dans le champs sémantique du désert.

image

Mais encore j’étais entre de bonnes mains.

planete coiffure beaute

J’ai complètement oublié de demander quels produits la coiffeuse avait utilisé sur moi, car il s’agit d’un pure miracle… dans une boîte. Mes cheveux ont radicalement changé, et sur le long terme !

image

imageIls sont bien moins secs qu’auparavant et se cassent plus rarement.

J’ai enfin, après une quinzaine d’années de vie à Paris, trouver MON salon ! J’espère qu’il ne fermera pas, comme ceux de Farida B.

P.S : la coupe ne semble pas moderne de dos… mais de face ça déboîte !

 

 

Le Summit Lodge Hotel de Whistler (Colombie-Britannique)

summit lodge hotel british columbia

Mois de mai, personne te plaît. Les nuages nous crachent dessus jusqu’au Canada, le temps est gris souris. Les randonnées sous la pluie, top délire méga groove, everybody.

image

Après une journée complète à explorer les montagnes de Whistler sous les crachats du ciel, j’étais ravie de retrouver une chambre d’hôtel digne de ce nom.

image

summit lodge hotel image

Ce sont les commentaires dithyrambiques d’anciens clients réservataires de l’hôtel, qui m’ont convaincue de brûler ma carte bleue au Summit Lodge Hotel de Whistler.

Quelques clics sur booking.com et 3 heures de covoiturage plus tard, me voilà devant ce bel hôtel quatre étoiles idéalement situé.

image image

Je m’avance vers une réceptionniste très agréable qui a la côte. Son bilinguisme fait mouche. Les français fatigués de baragouiner de l’anglais tout le temps, trouve cela bien reposant.

En tant que cliente au sourire chinois, et célibataire, j’ai traditionnellement droit à la chambre donnant sur l’ascenseur. En général ca passe où ca casse. Ca passait très bien au Summit Lodge Hotel.

image

La chambre est très spacieuse, les produits de bains ne sont ni objets déco ni une arme chimique au phenoxyethanol. Que de la qualité créée par une maison de produits dermatologiques haut de gamme. La literie au top, la décoration frise la régression mais s’adapte à tous les âges. Savant mélange de peluches et de soie.

avalanche pizza whistler

Une cuisine aménagée s’invite également dans cette chambre dans laquelle je ne vais surement pas cuisiner mais avaler une pizza bien garnie d’Avalanche Pizza. Je m’enveloppe dans mon peignoir… aux anges.

L’hôtel est calme, très peu de passages et une bonne nuit en perspective.

 

 

 

 

 

 

Vancouver – Les Bonnes Adresses !

image

Ce qui me plait particulièrement en Amérique du Nord et en Angleterre au niveau culinaire ? Le réel effort que font les restaurateurs pour créer et offrir une cuisine savoureuse, peu chère et composée de produits frais.

Les anglo-saxons ont tout à prouver, ils ne sont pas avares sur les portions et redoublent donc d’effort pour nous régaler sans nous ruiner.

Si à Paris, beaucoup d’établissements peuvent compter sur un malentendu, un turn over de clients et l’afflut de touristes non avertis, ici à Vancouver pas de carottes !

Pas de légumes trop salés, tout droit sortis d’une boite Daucy, pas de portions si peu généreuses, que le client est très prié de commander un dessert décongelé commandé chez le grossiste Delifrance.

Non, je ne vise personne.

Les francais méprisants et condescendants vous diront que les Américains du Nord sont des bouffeurs de Burgers gras et indigestes.

Il faut venir en terre canadienne pour vous rendre compte du contraire et que les préjugés ne contentent que ceux qui ne passent jamais la frontière ou le parking du club vacances de Punta Cana.

Mais Trêve de  blablateries, je livre mes bonnes adresses de Vancity, celles qui m’ont émoustillé les papilles. Et oui, il y a un veggie burger frites au menu.

image

Wild Coffee and Bistro – Vancouver Island – Victoria

image

image

J’ai beaucoup aimé cet endroit. L’ambiance y est calme et détendue. La barista est pleine d’énergie. Les pâtisseries y sont succulentes. J’ai commandé une généreuse part de tarte aux pommes surmontée de chantilly. Cela annonçait des plats futurs très garnis.

image image image

Caffe Citadella – Vancouver – Quartier Olympic Village

image

La personne qui dira du mal de Caffe Citadella sera sûrement de mauvaise foi. Le café y est terriblement excellent. Ils font le meilleur latte du système solaire. Il y a pas mal de places à l’étage dont un petit balcon et une terrasse où il est agréable de s’asseoir l’été. Je reprendrais l’avion 12h juste pour leur latte. Je suis folle.

image

Little Moutain Cafe – Vancouver South West

Un peu excentré par apport au centre, cet établissement ferme tôt et n’accueille pas énormément de monde. Si vous êtes dans le coin et sur le chemin de la plage, ne passez pas à côté de ce havre de paix aux petits mets succulents, frais et sans prétention comme la quiche que j’ai choisi. Égale à leur nourriture, le personnel y est à croquer.

image

Sophie’s Cosmic Café – Vancouver – Broadway-Kitsilano

image

J’ai beaucoup aimé ce café. J’ai eu petit problème avec une serveuse un peu à l’ouest mais franchement le plat était tellement délicieux que j’ai pas hésité à le mettre dans cette liste. Je vous conseille vivement de prendre au petit déjeuner les œufs bénédicites Santa Fe Style posés sur du pain de maïs savoureux et qui tiennent au corps toute la journée.

image

Homer St Coffee and Bar – Vancouver -entre Downtown et Yaletown

image

J’y ai passé un très bon moment. Entre le serveur aux petits soins, une amie pleine d’anecdotes drôles et des cuisiniers bien mignons qui s’affairent au fourneau c’est bien le seul endroit qui m’a fait aimé le gravy.

image

image image

Jethro Café – Vancouver – quartier étudiant de UBC

C’est le café connu des affamés. Leur célèbres pancakes larges comme des roues de 4×4, plâtrent un estomac et concrètement ce serait pas terrible si c’était pas aussi terriblement bon. J’ai tout aimé. Des pommes rissolées à la sauce hollandaise abondante, petit estomac s’abstenir.

image

EXTRAS

Sortir le soir et manger le matin aux aurores ? Pas de problème, il y a ce qu’il faut, Vancouver est une belle et très grande ville après tout.

Trois endroits sont propices aux rencontres durant les nuits de VanCity.

Les trois se trouvent dans le quartier de Gastown. Le vieux quartier de Vancouver coincé entre le coin touristique de Waterfront et la zone Triste de East Hastings.

The Alibi Room est un super endroit pour un after work sympathique avec en prime une petite ambiance faussement guindée plus hipster que bourgeoise.

The Cambie, c’est le melting-pot assuré. On y rencontre toutes les nationalités et de joyeux gaillards toujours prêts à rigoler.

Funky Winker Beans, on y va pour l’attitude Rock décalée et c’est même presque une institution dans la ville.

Pour ceux et celles qui se réveilleront difficilement dimanche matin, le Cafe Croissant de Blenz, bien meilleur que le café Starbucks insipide, vous réveillera en douceur !

image

 

Partir au Canada – Pourquoi Vancouver plutôt que Montréal

Que ce soit pour les vacances ou pour s’y installer,Vancouver offre énormément d’avantages.

IMG_1997IMG_1995

image

La capitale de la Colombie-Britannique bénéficie d’une localisation exceptionnelle.

Logée au cœur des montagnes, à proximité des rocheuses et bordée par l’océan pacifique, cette métropole permet énormément d’activités en plein air.

Si Montréal possède une grande richesse culturelle à faire rougir Paris, la ville de Vancouver, est le paradis des amoureux de la nature.

C’est donc avec enthousiasme et grande motivation que je me suis aventurée dans le grand Ouest canadien.

A la clé des paysages somptueux, de l’activité physique revigorante en pleine nature, loin du bruit du trafic, du RER B et des néons de centres commerciaux.

IMG_1761

IMG_1905

IMG_1912

IMG_1511

IMG_1577

IMG_1683

IMG_1759

IMG_1741

 

image

image

image

IMG_1591

image

image

image

image

image

image

J’espère que ces quelques photos vous donneront envie de quitter le fourmillement, le stress et des centres ville pour vous réfugier quelques temps dans les montagnes au milieu des arbres et des ours !

 

Top 10 des phrases balancées aux gens qui souffrent d’Acné Adulte

Décoration Lush Londres

Me revoilà aux commandes des tops pas tip top. Aujourd’hui, au menu, du sébum en excès et de la confiance en soi en carence.

Les temps sont durs pour tout le monde, surtout pour ceux qui n’ont pas la peau lisse comme un bébé. Le visage étant la carte de visite des humains, lors des rencontres diverses et variées, un visage ravagé c’est pas mal compliqué.

J’ai finalement concocté pour soulager les âmes blessées, esseulées et malmenées par leur satané acné, un petit top revanchard qui aidera à museler n’importe quel connard.

image

Voici le top 10 des questions mesquines et des réponses à sortir comme un prince.

10/ Est ce que tu te laves le visage au moins ?

Non, je trouve que c’est une perte de temps, comme parler avec toi.

9/ T’es parti voir un dermatologue ?

Non, plutôt un marabout, c’est plus efficace, en plus il peut faire revenir l’être aimé et retrouver mes clés.

8/ Tu te démaquilles bien au moins

Non le démaquillage c’est “out” ma chérie. La tendance en ce moment c’est le look “The revenant”.

7/ T’arrives à trouver un mec avec la tête que t’as ?

Non. Mais t’arrives à trouver la porte de chez toi avec le cerveau que t’as ?

Pas.

6/ Ooooh t’as plein de boutons !!!!

J’avais pas vu !!!! Mais c’est gentil de m’avertir au cas où j’ai ma phase Stevie Wonder.

5/ T’es moche, ça gâche ton visage

Quand tu parles, tu gâches ton visage.

4/ J’aimerais pas être à ta plaaaace !

Moi non pluuus ! T’ecouter c’est vraiment horriiiible.

3 / Je connais un truc, super contre les boutons, l’argile verte et le citron !

Je connais un truc super contre la soif ! L’eau !

2/ Je connais un truc imparable, le safran, 200 euros les 100g. Ca vaut le coup de manger des pâtes, toute l’année.

2 secondes, je vais à Bricorama, acheter une corde pour me pendre.

1/ C’est marrant je pensais que c’était un truc d’ado, les boutons.

C’est marrant, je pensais que les maladies ca n’arrivait qu’aux gens malades ! Trucs de ouf quoi.

J’ai épousé un con : l’histoire de presque toutes les femmes

image

“j’ai épousé un con” d’Agnès Bouquet est le roman-marketing typique. La clientèle est unanime, ce roman possède un très bon titre. C’est un Scoop, appelez l’AFP. Entre celles qui pensent sincèrement avoir épousé le dernier des sagouins et les célibataires qui veulent se rassurer d’avoir effectivement fermé la porte à pléthore de sagouins… vous avez la somme des pigeons attrapés.

D’ailleurs, si je transformais l’article “j’ai fait l’amour avec un con” en roman, tu paries que Flammarion m’appellerait tout de suite. C’est un Scoop. Rappelez l’AFP.

Le style d’Agnès Bouquet est fluide. Elle écrit bien. Voilà. Fini pour les compliments.

Agnes-Bouquet-jai-epouse-un-con

L’ouvrage est destiné à des femmes, qui de toute façon, ne liront par ce livre.

Pour sourire de la superficialité, de la bêtise de la protagoniste, il faut y croire un minimum.

“Fan de Lacan, mais lectrice inconditionnelle de Voici, Pépita est charmante, super socialisée tendance Saint-Germain-des-Prés/Saint-Tropez et dingue”. 

Un homme en pleine déchéance sociale se transforme en blate, c’est crédible. Pas la vie de Pépita.

Oui, parce que le personnage principal s’appelle Pépita.

Quand même.

L’ouvrage est sexiste à en crever au milieu de la ligne 6.

“Mais comment faire quand on veut tout : l’amour et la liberté, le sexe et la grossesse, la vie de famille mais pas la routine ? Un homme, un vrai, sans son intégrale des Bidochons et ses week-end pêche à la mouche ? Une femme avec le cerveau d’un homme et le corps de Nicole Kidman ? Vous le saurez en suivant avec hilarité une Pépita et un Roméo décidés à faire le spectacle au quotidien”.

Philippe Candeloro, président.

Dans les détails, Pépita est parisienne, dans le genre, je ne dépasse pas le périph’, à part en avion. Bon, certaines personnes pensent réellement qu’au delà du 75, y a le trou noir du cosmos et appellent une diligence pour 3 pâtés de maisons. Un point.

Les discussions entre Pépita et ses copines, m’ont valu, un trip à l’église, où j’ai prié en allumant des cierges, que Dieu nous préserve de ces gens là.

Et pourtant j’ai kiffé “les aventures” de Jack L’Eventreur.

Ce n’est pas un mauvais ouvrage que j’ai entamé, c’est ma foi en l’humanité.

C’est un cauchemar imprimé par CPI.

Suite à la lecture de ce livre, j’ai rêvé que la planète entière ne s’habillait qu’en gris, parce que le gris était le nouveau noir et par devoir, loyauté, crainte envers la mode, tout de monde ressemblait à des nuages du mois de mars.

La maigreur était revenue à la mode. Revenue ? C’est quoi mon problème. La maigreur continuait d’être à la mode et revêtait sa forme la plus pernicieuse, dans le sens où pour être considérée comme “baisable”, notre taille devait demeurer invisible derrière un goblet Starbucks.

Top 10 Hot Men des séries 90’s

image

Il avaient 25-30 ans, ils était beaux, jeunes, fougueux ou fringuants. Ils étaient les nouveaux rebelles et campaient à merveille le rôle de l’énergumène aux beaux idéaux. Un savant mélange de Karl Marx et Coca Cola.

Dans le temps, on y croyait dur comme barre de fer, à leur 16 printemps à l’écran.

Aujourd’hui ils ont tous 45 ans. La plupart te font toujours de l’effet, mais il ne s’agit pas de savoir ce que sont devenus aujourd’hui ces bellâtres, mais bien de se replonger dans nos souvenirs.

Voici donc le top 10 des acteurs de séries qui ont volé tes 12 ans.

10/ Dustin Nguyen

Dans 21 Jump Street, il y avait bien Johnny Depp, mais il campait le rôle du “bleu”; et j’étais pas fan. J’ai surtout aimé le rôle du coéquipier japonais mystérieux, aussi mystérieux que sa fausse identité. Mais chut ! Je respecte celles qui n’ont jamais vu la série.

image

9/ James Marsden et Richard Chevolleau (Boogies Diner)

Le duo d’étudiants-travailleurs pauvres n’a pas fait long feu à l’antenne. On ne déplore qu’une seule saison, cependant la frimousse espiègle de James et le charme de Richard a bien opéré.

BOOGIE'S DINER, Robin Stapler, Richard Chevolleau, James Marsden, Monika Schnarre, Zack Ward, Joy Tanner, 1994. (c)MTM.
(c) MTM

8/ Jared Leto dans My So Called Life (Angela 15 ans)

Ai-je vraiment besoin de présenter Jordan Catalano, le cauchemar de toute mère catho ?Un mec pareil me demande de braquer une banque, j’y vais mon frère, j’y vais !

image

7/ Will Smith dans Fresh Prince (le prince de Bel Air)

Will Smith.. hier, aujourd’hui, demain. Comme Ribery le dit si poétiquement. J’ai Qu’ça QU’a dire !

PN010603

6/Jonathan Brandis dans Seaquest

Ce comédien talentueux, nous a quitté bien trop tôt. On l’a notamment aperçu dans le terrifiant “il est revenu”. Je garde le souvenir d’un acteur prometteur, à la bouille rassurante.

image

5/Dean Cain dans Superman

Ce superbe americano-japonais a incarné Superman durant quatre saisons dans la série éponyme. Ok, il ne jouait pas le rôle d’un ado foufou, c’est vrai, mais ses yeux revolver & son regard qui tue, s’invitent dans tous les tops de la terre et même de Krypton !

image

4/Richard Grieco dans Booker

Un homme magnifique à en faire décrocher ton appareil dentaire. Ce bel acteur possedait son propre spin off, après 21 jump street, la fameuse série Booker.

image

3/Corin Nemec dans “Parker Lewis ne perd jamais”.

Ses chemises psychédéliques rendaient fou les daltoniens et ses combines était aussi élaborées que celles du Pentagone. Indécoiffable, indetronable, et aussi prêt à tout pour conserver ses privilèges, qu’un cheminot de la SNCF.
image

2/Lamont Bentley dans Moesha

Mes chers amis, je ne suis pas nécrophile, j’aimais beaucoup ce personnage, au sourire ultra bright et au regard tendre et rieur. Il nous a quitté trop tôt.

image

1/Mark Paul Gosselaar dans Sauvé par le gong

Il incarnait le personnage emblématique des sitcom pour ado des années 90. Toute sa petite bande a fait rêvé des millions d’ados qui fantasmaient de torturer mentalement leur proviseur et tout le corps professoral.
image

Voyager seule

image

A l’adolescence, mes activités étaient partagées avec… moi-même. Faire des emplettes, aller au cinéma, même au restaurant.

Je ne me sentais pas seule, j’étais seule. La différence.

C’est en 2001 que je suis allée au bout de la chose en voyageant seule.

Ma première expérience, s’est vécue au Canada. Plus précisément dans le Nouveau Brunswick, en Nouvelle Écosse et finalement sur l’île du Prince Edward. Je venais d’avoir 18 ans.

Ma fraîcheur, ma naïveté a plu. Sur la route, J’ai rencontré des gens qui m’ont suivi et d’autres que j’ai suivi.

Canada nouveau brunswick
Wendy et Gavin

 

Mon arrivée à Moncton

 

La fameuse Marlene

Charlotte town

C’est comme ça que j’ai débarqué à Moncton, a 13h, que j’ai pris un bus pour Wenthworth à 22:00 qui m’a déposé au milieu de la forêt. Que le chauffeur a flippé pour moi et a appelé Marlène, pour venir me chercher à 23:00 au milieu de nulle part. Marlène c’est la gérante d’une auberge, qui m’a préparée une chambre d’hôte et proposé un gâteau triple chocolat à 6 étages vers 1h du mat’.

A partir de là, tout s’enchaine et je ne sais plus :

Comment j’ai rencontré Bill, un journaliste “tombé amoureux” parce qu’il me trouvait mystérieuse, alors qu’en fait j’me demandais juste si j’étais pas folle de partir seule, loin de tout, sans amis à 18 piges.

Comment j’ai rencontré Wendy et Gavin, une cuisinière fofolle et un californien gay très propre sur lui.

Comment Wendy la fofolle m’a traîné à un concert des fun lovin’ criminals, une boite gay et une soirée en appartement où les gens se camaient sur la table du salon comme dans les drames américains ou tout se passe mal.

 

Le tout en une soirée.

Comment les amis de Wendy nous ont ramené en bagnole, à l’auberge, en 3 heures, alors que le trajet en exige 30 minutes maxi, tellement ils étaient vannées par la came et l’alcool.

Comment c’était pas très responsable.

Comment j’ai quitté Wendy en pleurant pour rejoindre la Nouvelle Écosse et suivre Bill là-bas.

Comment j’ai rencontré Kelly, une jeune allemande avec le mal du pays, qui me payait ma bouffe “parce que ça lui faisait plaisir”. Je pensais juste qu’elle s’ennuyait ferme. Comment J’ai refait le monde avec une étudiante en journalisme coréenne sur les escaliers de secours de l’auberge tous les soirs de 22 heures à 2 heures du mat’.

Comment j’avais plus d’argent pour aller sur l’île du Prince Edward, alors j’ai fait du stop, pour être “ramassée” par un mec avec une hache sur son tableau de bord. Comment j’ai grave préféré prendre le bus, finalement.

Comment j’ai mangé que du beurre de cacahuètes et du pain blanc, parce que j’avais plus une thune.

Comment j’ai adore l’île du prince Edward et l’île du Cap Breton ou j’ai rencontré une autre allemande et une australienne qui n’avaient pas l’air très heureuses donc je les ai regarde se bourrer la gueule.

Comment un photographe m’a permis de faire le tour du Cape Breton, voir des paysages époustouflants en co-voiturage, bien avant blablacar.

Comment par contre il conduisait comme un malade.

Comment de retour à Wenthworth j’ai profité de petits déjeuners tous les matins en plein soleil.

Comment à chaque nouvelle expérience de voyage en solitaire je tente d’apprécier les nouvelles donnes mais aussi de me laisser surprendre par mes propres choix.

Je suis différente, jamais indifférente

Je souhaite m’adresser à la fille bizarre, la fille à part.

image

Je souhaite parler à la fille qui monte une tente décathlon en polyester au milieu de la suite royale du Ritz.

Je souhaite m’adresser à la fille qui rigole quand L’héroïne de l’exorciste crache de la purée de pois cassé.

Je souhaite parler à la fille qui a lu 4000 livres et qui souhaite toujours continuer.

Je souhaite m’adresser à la fille qui se rase jusqu’à “là où ça se voit”.

Je souhaite parler à la fille qui n’aime pas les magazines féminin à part aux toilettes & quand elle est constipée. “Parce que ça aide”.

Je souhaiterais m’adresser à la fille dont le sentiment le plus vrai ne meure jamais.

Je souhaite parler à la fille qui ne veut pas plus de choix, mais juste un truc meilleur.

Je souhaite m’adresser à la fille qui écrit révolution, rêve-olution.

Je souhaite parler à la fille qui regarde un mendiant dans le yeux.

Je souhaite parler à cette fille et lui dire qu’elle n’est pas seule.

Méfiez-vous des femmes exceptionnelles, le livre que je n’ai pas fini

image

C’est en lisant la 4e de couverture que j’ai décidé d’acheter ce livre. Claire Delannoy et ses mots étaient un mystère. Je ne savais ni quel écrivain elle était, ni sa façon de se réinventer à chaque ouvrage. L’inattendu… parce que j’rêve d’une David Bowie de l’écriture, Je fantasmais.

Continue reading “Méfiez-vous des femmes exceptionnelles, le livre que je n’ai pas fini”

Londres en 2 jours à Petit Budget

Il y a deux semaines, nous étions à Londres pour une petite escapades à l’occasion d’un anniversaire.

Nous étions fauchés comme la tête de Louis XVI.

On a évité les beaux quartiers…

Chelsea, Fulham Broadway, Holland Park etc… à la trappe. Les magnifiques “Penthouse” et les boutiques roses pleines de cupcakes à la violette ne font pas bon ménage avec le contenu de ma tête. Donc…

Toutes les bonnes adresses londoniennes citées sont certifiées abordables, et pas guindées.

105_0049

Notre visite commence donc à Brixton, le quartier jamaïcain, ou nous avons déposé une rose devant le lieu de recueil dédié à feu David Bowie.

Il y avait beaucoup de fleurs…

Continue reading “Londres en 2 jours à Petit Budget”

Les hommes n’aiment pas le sexe

image

Les hommes n’aiment pas le sexe. Enfin… beaucoup n’aiment pas le sexe. Évacuer la purée mousseline c’est certain. Reproduire des poses acrobatiques, cirque du soleil coquin. Multiplier les conquêtes et atteindre un nombre symbolique pour choquer les puritains. Une coucherie aussi pauvre que le scénario de Transformers 15.

En clair, dans l’intimité un homme, ne sait pas quoi faire du corps d’une femme. Un peu comme la télé-réalité avec la dignité. L’homme est excité, c’est clair. Il jouit en un éclair, il dort après sa petite affaire. La masturbation en duo.

Certains hommes élaborent des stratagèmes de fous pour cacher une incapacité à partager du plaisir, si c’est pas nous couper le clitoris avec des ciseaux rouillées. Faut le dire aussi, y a une accumulations de crapules dans sa vie qui excise le point G tout seul. Ok.

image

Aimer le sexe, c’est apprécier chaque seconde, chaque geste. Le temps s’arrête, l’intimité, la bulle, la parenthèse, l’interruption, l’interrupteur, pas d’électricité pas d’Internet.

Respirer la peau de l’autre, se caresser, s’embrasser, sentir sa moiteur, toucher, pétrir, découvrir. Tout cela, ça prend du temps. Mais l’homme court après… justement. Car il faut tout optimiser. T’as vu l’état du CAC 40 ! La bourse c’est pas du tricot ! Rentabilité et efficacité, tu connais ?

Les hommes n’aiment pas le sexe. Il le détestent même. La pression de cet extase à procurer, cette partie de soi à donner ou abandonner. Cette obligation d’être un bon étalon. C’est lourd pour beaucoup d’entre eux et ça les rend cons. Ils redoutent l’acte finalement.  Alors que le sexe rime avec partage, ils riment avec exams. On en demande pas tant. Moi, la pression sociétal, je m’en fous/100.

Mais l’homme stresse comme un cancre. Il jette l’ancre et le bateau, sombre comme l’audimat de Rising Star. Ce n’est qu’un corps de femme. Moi faire pipi/caca comme toi après 5 parts de pizzas. Pourquoi reste-il pantois ?

Tout nu, il n’y a pas d’autres choix que d’être soi. Ca fait peur. Donc il y va en star du X, et il bourrine… la capacité des gens à se faire croire des choses, c’est pas sympa, “hello, bonjour, rappelle-toi, j’suis en dessous de toi”. Oui je suis une fille mal-baisée, y’ a quoi ?

 

Mon dernier TEST HIV et ce n’est pas pour rigoler

cafe latte et sucre

Aaaahhhh les blogs glamours, leurs abécédaires de la beauté, du style, du savoir-paraître et de l’art d’être inaccessible. Ce sont de véritables slides PowerPoint qui démontrent  comment pêcher l’HOMME. Que ce soit juste pour le plumard ou carrément la Mairie, cela dépend de votre souhait ou de la position de Vénus (je ne parle pas des rasoirs sur votre lavabo). Dans tous les cas, ça parle jamais de tout l’alphabet de MST que vous pouvez attraper : HPV, CMV, HIV, hépatite B, herpès, ça passe à la trappe des blogs poudrés. Donc bibi la vilaine se dévoue pour parler de ce dont personne… ne veut parler.

J’effectue un test HIV tous les deux ans, car les préservatifs (ces trucs payants et marketés jusqu’au trognon du latex, qui devraient selon moi, être distribuées gratuitement, santé publique oblige) et bien ils craquent !

Je me rends donc, ce samedi, à l’hôpital Béclerc de Clamart pour un test anonyme et gratuit.

Je m’aventure dans les couloirs larges, vides et sombres de l’établissement. Le dépistage se fait porte H. Je suis Porte 21… suis-je à côté ? Suis-je dans le bon service ? Suis-je dans le bon pays, la bonne planète ? Là, je digresse.

Au détour d’un couloir, je pousse au hasard une grande porte en bois et j’atterris en Europe de l’Est… l’aile du dépistage gratis.

Un questionnaire m’ait donné avant la prise de sang. Il comprend les interrogations suivantes : avez-vous déjà couché avec un africain ? Considérez-vous beaucoup coucher… souvent et beaucoup souvent pas avec la même personne ? Avez vous des relations avec des hommes qui n’aiment que les hommes ? Dans les tests Facebook de 2009, vous étiez plutôt Samantha que Charlotte ? Après avoir répondu “non” à tout (je suis une Miranda, moi, always will, je baise qu’avec des bouquins ) le médecin qui décortique mes réponses me juge menteuse.

“Vous n’avez jamais couché avec un africain ?”…dubitative.

Bah, non… pourquoi c’est un passage de la vie obligée ? Comme chercher des pièces de monnaie dans la fente du canapé.

Elle n’a pas le cran de reformuler sa réponse et demander clairement si j’ai couché avec un homme noir… tout court.

Passé l’étape de l’interro raciste, la prise de sang épique a pris le dessus. Impossible pour l’infirmière de trouver une veine. Elle a tourné sa seringue dans ma chair comme une toupie, je suis rentrée avec les bras d’une junkie façon Jared Leto dans Requiem for a dream.

7 jours plus tard, je suis partie chercher mes résultats au même endroit, le médecin m’a accueillie avec le sourire de Michel Drucker, je me suis dit que c’était bon signe.

Morale de l’histoire, protégez vous !

24 heures dans la vie d’une fille bizarre

Bienvenue dans 24 heures de la vie d’une fille bizarre. J’écris cet “article” depuis un Starbucks ou je fais un malaise, victime de mes règles débarquées deux fois en l’espace de 15 jours, un vrai film gore qui se déroule dans ma culotte…  Nota Bene : si vous souhaitiez échapper à l’univers poudré des blogs féminin tradi, vous êtes au bon endroit.

Starbucks cup
Vieilles traces de rouge à lèvres Lily Lolo en prime

Avant de retrouver une assiette de lentilles et d’haricots rouges pour remédier à l’hemorragie dont je suis victime, j’ai rendez-vous avec ma meilleure amie à Starbucks.

Du coup pour éviter de tomber par terre, je réalise un album photo de ma journée sur mon blog. (Et là vous êtes sensé regretter que n’importe qui ai accès au wifi).

image

10h du matin, je sors de chez moi pimpante. Et déjà on m’barre la route. Un mec se gare devant ma porte d’entrée, limite il serait rentrée dans mes toilettes pour pisser… j’aurais dit… “tu tues une vache, autant en faire un burger”… puis, il a une Renault espace, il respecte vraiment personne.

11:00, je fais du lèche vitrine. J’achete que des trucs immettables, hors période carnaval. P.A.R.F.A.I.T !

image

12h j’ai faim

13h je suis un startrooper dans les toilettes d’un café.

image

Surpris, il a refusé mes avances !

image

Je bosse comme community manager et c’est avec grand plaisir que je découvre les nouveaux commentaires à supprimer… ou pas.

image

Mon collègue a décidé de cacher sa calvitie avec une perruque… spéciale.

Perruque homme blague bureau

De retour chez moi. J’ai pas le temps de faire mumuse. J’attaque direct la detoxification de mon épiderme : masque a l’argile violette avec de la poudre d’ananas, histoire de dégraisser ma peau, comme une assiette au paic citron.

image

Je m’endors avec mon livre de chevet du moment.

image

 

Top 10 des phrases Make-up shaming

make-up-trousse

La vie c’est comme les gens qui prennent des photos souvenirs au supermarché, dans les rayons, en posant avec le caddie, y’a rien à comprendre, faut juste accepter.

Accepter une autre perception du beau. Autre que celle dictée par mère culture nationale. Celle organisée par une poignée d’oligarques du goût.

J’expose ce problème aujourd’hui car je vis dans un pays où le désir d’uniformisation est poussée à son extrême. La France. Ou le “beau” et le “bon gout” sont tenus sous verrou par un rottweiler à trois têtes. Vous comprendrez que, moi, jeune femme, folle de maquillage et fans de vêtements colorés bariolés, j’esquive uppercuts et balayettes.

Afin de partager le florilège de remarques Anti-Maquillage aussi sclérosées que la cervelle de Zemmour, j’ai concocté, pour vous, un top 10 de petites phrases assassines contre le make-up, proférées par des gens aussi malveillants que constipés.

10 –  Le maquillage, c’est comme la chirurgie esthétique, tu te maquilles pour remédier à un problème physique.

Oui, c’est vrai. J’injecte une B.B cream teintée dans les seins, ça les rend plus moelleux.

9 – Une fille qui se maquille n’est pas digne de confiance. Une fille qui se maquille cache des choses. Si tu caches ton visage, tu dois aussi cacher d’autres choses plus graves.

Oui, j’avoue. je cache aussi un cadavre dans mon placard, tu sens l’odeur ? C’est pas le roquefort dans le frigo.

8 – Tu te fardes car tu n’es pas bien dans ta peau, mais le maquillage n’arrange rien.

Oui, c’est vrai, ça n’arrange rien, ça ne m’empêche pas de t’entendre.

7 – Ca provoque tes problèmes de peau, tu devrais arrêter de te maquiller.

Oui, c’est vrai, mes imperfections ne sont pas DU TOUT liées aux méthodes douteuses de l’industrie agroalimentaire, des pesticides, de la pollution de l’air, du chlore toujours plus présents dans l’eau et le stress de la vie moderne, c’est sûrement à cause de ma B.B crème.

6 – Les filles naturellement belles n’ont pas besoin de maquillage. Tu n’es pas une vraie beauté, toi, tu fais juste vulgaire.

L’idée du beau est subjective. Je ne suis pas moche pour tout le monde. Par contre, l’idiotie n’est pas subjective. Tu es universellement reconnue comme con(ne).

5 – Les hommes n’aiment pas le maquillage, ils n’aiment pas embrasser un pot de fond de teint, tu ne devrais plus en mettre.

… et les hommes n’aiment pas les femmes qui pensent, ça explique ton ablation du cerveau. Je comprends mieux l’usage de ta frange.

4 – Tu ne te maquilles pas tous les jours, j’espère. Faut laisser respirer ta peau.

Et quand je veux faire pipi, je vais aux toilettes, je ne me fais pas dessus. Et encore, si je veux me faire dessus, je suis libre.

3 – Ça cache même pas tes boutons, on les voit quand même.

Oui, c’est vrai, certaines choses ne disparaissent pas comme par magie, et en te regardant, je me dis que c’est dommage.

2 – Le maquillage c’est un truc de pouf. Les filles biens se maquillent seulement lors de grandes occasions.

Oui c’est vrai, je ne suis pas une fille bien. La preuve, je vais te mettre mon poing dans la gencive.

1 – Quand tu te lèves le matin, si Mamour te voit sans maquillage, comme il (elle) réagit ?

Il couche avec sa mère et après il se crève les yeux ; ah non ça c’est Œdipe. pardon. J’ai voulu relever le niveau de ta question avec un peu de tragédie grecque.

 

Remédier aux cheveux poreux (efficacement !)

masque-cheveux-poreux

J’eus les cheveux très poreux, il y a peu. La succession de colorations eut raison de la santé de ma toison. Je me suis donc retrouvée avec la tignasse plus rugueuse que le tapis d’un hall d’entrée. Bref c’était caCastrophique. Et comme situation désastreuse appelle solution abominable, vous devinez que j’ai saigné comme une bête la recherche : “soigner cheveux poreux” sur Google.

Résultat

Entre la blogueuse qui conseille l’huile d’olive avec l’œuf (Sans blague), la recette passe-partout, totalement inefficace dans ce cas et la youtubeuse qui filme ses tifs dans un verre d’eau pour t’expliquer l’indice de porosité (moi aussi j’ai regardé “c’est pas sorcier” merci), rien ne s’arrange.

On fait arriver les fin de mois difficiles vers le 15, avec toutes ces conneries. J’ai dépensé des centaines d’euros en produits Furterer, Carita, Leonor Greyl, Weleda, Lush, Desert Essence, Bumble & Bumble, Organix, je peux continuer comme ça très longtemps si on me stoppe pas, Aussie, Tresemmé, JohnMasters Organics, mélanges douteux Aromazone…

La résolution de problèmes, c’est comme une belle rencontre. Quand l’attente se taris, le miracle se produit.

Conseil numéro 1 : lâchez prise

Conseil numéro 2 : Ne faites pas subir un hold-up à votre portefeuille, à chaque virée à Parashop ou Sephora.

Conseil numéro 3 : Ne faites pas de virées à Parashop ou Sephora.

Conseil numéro 4 : surfez sur les sites de santé plutôt que sur les blogs beauté.

Conseils numéro 5 : connectez-vous à vos cheveux. Oui je sais, ça ne veut rien dire.

Conseils numéro 6 : ne graissez pas, n’hydratez pas. Soignez.

Solutions

D’abord, il vous faut apaiser votre cuir chevelu, et pour cela, il n’y a qu’une solution : l’eau  d’ortie et de myrtille, hydrolat et infusion. Massez l’équivalent de deux cuillerées à soupe de cette eau, matin et soir sur votre crâne. Votre cuir chevelu cessera de se transformer en plat mexicain.

Adoptez un produit à base de myrtille (avec une compo plus ou moins saine, si possible). BodyShop, Christophe Robin en font de très efficaces. J’ai la flemme de vous lister les masques. Allez sur beautéTest.com et débrouillez-vous 🙂

Ajoutez 4 à 5 gouttes d’huile essentielle d’Ylang Ylang à votre shampooing, Rameau d’Olivier de Lush, de préférence. Vous devriez l’acheter… sérieusement.

Le Plus important : optez pour des taies d’oreilles en coton molletonné (pas de polyester), si vous êtes riche, optez pour la soie.

Oui ça coûte cher d’avoir de beaux cheveux.

 P.S : le lait d’amande alimentaire non pasteurisé et l’huile de Chaulmoogra, complètera le tout pour une hydratation et un nourrissage adapté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le carré plongeant , un bob bien sympa

Le carré plongeant… mon obsession capillaire depuis 3 ans. Je n’ai pas encore décidé quelle style arborer. En effet, il y en a tellement de différents. Il faut choisir la bonne coupe, celle qui mettra en valeur un joli minois. Avant de laisser le coiffeur supprimer quelques longueurs, je livre quelques conseils avisés que j’ai pu récolter.

Le décoloré

On est tous fan de ce carré fou fou, que Katy Perry arborait fièrement. Un patchwork de couleurs exécuté avec réussite. Il est parfait sur les midinettes pin-up hypsterisées à la Zoe Deshanel ou Lily Allen.

katy-perry-carre-plongeant

katy-perry-plongeant-carre

Le décoloré rasé

Avec ce décoloré rasé on part plus sur un style La Roux/Robyn Carlsson pour les clubbeuses électro avec “une gueule”. Fortement Déconseillé aux visages poupons.

carré plongeant cheveux roses colorés

Le coiffé décoiffé

Un carré plongeant femme fatale, avec ce qui faut de fouillis pour simuler (ou non) une nuit torride de la veille. Une coiffure qui donnera un look sexy chiennasse aux visages lisses.

Dianna-Agron-Messy-bob-Hairstyle-For-Party-hair-look

Target + Neiman Marcus Holiday Collection Launch Event - Arrivals

Inverted-Bob-Haircuts-Pictures-for-Short-Hair

Le frangé

Un look bien sympathique pour les working girl aux visages d’enfants voire de bébé, en mal de reconnaissance. Une belle coupe à porter tous les jours qui fera toujours mouche dans les salles de réunion.

2012-mena-suvari-400

Inverted Bob

L’asymétrique

Mon préféré ! Celui que je lorgne depuis quelques temps. Idéal sur les visages ovales, à proscrire absolument si vous avez des très dures ou un petit air sévère.

282108364128406219_CMw0Mtrp_c

the-saturdays-haircut

Frankiesandford-posing-hot-blackdress_103

Le Futuriste

Pour les filles n’ont pas froid aux yeux et qui avancent dans la vie tatouées et qui se foutent des regards interloqués.

futiriste-hair-bob

futuriste-hair-bob

L’Ultra raide

Enfin une coupe qui ravira les filles aux mentons carrés ! Il adoucira le visage et fera illusion en donnant un oval parfait !

Medium-Bob-Hairstyles-with-White-Necklace-430x488

medium-length-bob-haircut-658

jennifer_aniston_bob_hair_cut

Le long chocolat

Le carré de la belle gosse par excellence. Chaud, long, lisse. Il sera parfait sur les visages aux traits très très fins et harmonieux comme Camilla Belle & Olivia Palermo

Chloe LA Boutique Opening Party

olivia_palermo_straight_hair

Le raie sur le côté

Le carré plongeant classique qui ravira les filles très apprêtées au look sexy  qui misent plus sur le maquillage que la coiffure. Une coupe simple et tendance qui vous donnera l’opportunité d’en faire des tonnes niveau fringues et make-up.

Rochelle-Wiseman

Rochelle-Wiseman-hairstyles-1

Jenny-McCarthy-Sleek-carre-plongeant

L’effilé

Le carré plongeant rock and roll imaginé pour les filles en cuir ou en détresse, parfait sur les visages aux traits limite un peu grossiers et au look à la Taylor Momsen. À éviter si vous êtes contrôleur de gestion aux expressions pincés.

Modern-Short-Bob-Haircut

10590_Kimberly-Caldwell_copy_2

Pour cheveux très fins

Les cheveux fins, c’est la guerre pour faire tenir une coupe dessus. Heureusement Victoria Beckham montre le chemin avec ce carré plongeant, qui créé du volume en arrière pour étoffer un touffe bien plate.

carre-plongeant-victoria-beckham

1418302_orig

L’ondulé

Parfait pour les cheveux épais, cette coupe qui parait “trop Daphnée Burki en 2010”, est en fait du pain béni pour les chevelures volumineuses en leur donnant du corps et joli aspect fou-fou.

londule-carre-plongeant

 

carre-plongeant-ondule

 

 

carre-plongeant-ondulations

 

Le bol japonais

Vous avez de beaux yeux en amandes à mettre en valeur, ou mieux des yeux un peu “droopy” comme notre amie Katie Homes ? Halte là ! C’est LE carré qu’il vous faut. Une belle coupe qui mettra l’accent sur des yeux crayonnés subtilement au khôl noir, c’est à voir, ou avoir.

Le-carre-plongeant diaporama style japonais

carre plongeant katie holmes

Voilà c’est fini les enfants ! J’espère vous avoir aidé dans votre choix. Et n’oubliez pas ! AJOUTEZ DU VOLUME à votre carré plongeant si vous avez les cheveux fins. Je vous ne le dirai jamais assez, j’ai trop vu de carrés plongeants tout raplapla !