Marianne regarde moi dans les yeux

image

Je me rends chez aromazone, près du Metro Odeon. A la sortie de la station, une militante PS distribue des tracts. Je suis apolitique cependant je vote “vert” à chaque élection. Je sors donc de la dite station, quand une dame de la cinquantaine, blonde décolorée, passe devant moi (il faudrait m’expliquer cette volonté de se rapprocher absolument du type aryen malgré les pointes fourchues), & crie”votez FN !” Pour finalement dévaler les escaliers à toute allure. La militante PS n’a pas eu le temps de répliquer (moi non plus) la sympathisante FN avait déjà disparue. Parce que sachez-le, la grande passion du sympathisant FN est de crier haut et fort son amour pour l’extrême droite, et de disparaître dans la seconde qui suit.  Tel un vengeur masqué qui peut finalement être Batman ou un gars du Ku Klux Klan.

 

C’est le fameux “hit and dash”. Frapper et s’enfuir. Ne pas assumer. Et finalement ne pas assumer quoi ? Le fait de rêver d’une France ultra blanche agressée au vanish et au cilit bang, dégraissée de ce qui fait sa richesse. Son appartenance à l’Europe, ce continent né des méandres de la guerre, sa population hétéroclite qui nous a apporté cette riche culturelle indéniable. Alors oui, il y a des ratées mais selon moi le capitalisme financier n’a rien arrangé. Laisser des populations à l’abandon, n’a rien de bon, non. Quand l’Amérique face à une crise majeure prend le pari du vote de”justice sociale et réconciliation raciale”, la France, elle se retourne contre son immigration. C’est un choix.

Marianne n’arrive pas à me regarder dans les yeux. Elle frappe et elle s’enfuit, Marianne. Elle frappe la jeune femme dont le père militaire a Combattu au Tchad sous le drapeau de la France, et dont les grands parents ont été ramenés sur des rafiots pour poser des dalles de bétons et des chemins de fer en île de France, qu’on a ensuite parqué dans des cités insalubres car on ne savait plus quoi en faire. “Cacher ce noir que je ne saurais voir”. “Le sénégalais à la cuisine !”. “Ca vient chez nous et ca nous fait chier!”. Autant de phrases entendues ça et là. Finalement on paie des impôts pour entendre dire qu’on ne fera jamais partie de ce pays. Je préfère penser qu’on ne vit pas dans la même nation. Je vis dans une France noire, blanche et arabe, celle de Jamel, d’Omar, et de Norman.

Je réponds donc gentiment avec le sourire, si ce n’était pas par moi, tu serais encore entrain de manger des patates crues.

… Parce qu’on bâtit tous ce pays à la sueur de notre front, noir, arabe ou blanc.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s