“Jamais assez maigre, journal d’un top model” par Victoire Macon Dauxerre

Victoire maçon Dauxerre jamais assez maigreIl est pluriel, ce cheminement qui nous incite à pousser la porte d’une librairie pour acheter un ouvrage. Une femme sublime sur la couverture d’un livre apposé au devant d’une vitrine (rien ne s’oppose à la nuit), le nom de l’auteur(e) (Virgine Despentes), les revues de presse dytirambiques ou mitigées (rien de grave), le martelage médiatique ou encore une apparition télévisuelle. C’est par ce dernier biais que j’ai rencontré les mots de Victoire Maçon Dauxerre, ex-mannequin et ex-anorexique.

image Constance Jablonski couverture elle magazine
Ironie du sort : Constance Jablonski en couverture du Elle. Une autre top qui essaie d’échapper à la vie de mannequin. Elle devient designer

Les paroles de Victoire sont fraîches et limpides bien qu’on assiste à la noyade d’une protagoniste prise au piège. Elle boit la tasse. Les médias ont vendu le livre comme une dénonciation sans fard du monde impitoyable de la mode, où le lecteur peut satisfaire son plaisir narcissique et voyeuriste en intégrant par procuration un monde aussi attrayant que repoussant. Plus qu’une catharsis, il rassasie le ressentiment de ne pouvoir intégrer un club qui exclut par la génétique pléthore d’individus.

Jamais assez maigre victoire Macon dauxerre

N’en déplaise. Certes, il y a les petits détails croustillants, l’attitude hautaine des petites princesses de la mode Constance Jablonski et Freja Beha. Les photographes et créateurs rhabillés pour l’hiver par une plume apprentie assassine, cependant je ne cesse de voir bien plus que du potin dans cette ouvrage. Plutôt une histoire commune à tous. La course effrénée à la performance, l’entrée fracassante dans la cour des grands et surtout la maîtrise constante de soi sans se pardonner d’erreurs, de transgressions, qui pourtant, font le propre de l’homme… Victoire n’est pas comme les autres. On le comprend, elle est double. Elle a la fougue, l’optimisme et l’énergie de sa belle jeunesse mais aussi la capacité de se détacher des autres et des situations vécues pour mieux observer et analyser. Elle est intelligente. Une faculté qui servira son ascension et sa descente. Elle est intelligente pas maligne. Le malin c’est le côté obscur, qui n’a pas réussi à gagner. À chaque page, le lecteur assiste à un combat. Celui qu’elle livre contre elle-même contre les autres et surtout contre la nourriture, ce symbole de la maîtrise post nouveau millénaire. Manger c’est se laisser aller, ne pas se respecter, un besoin bassement terre à terre dont les superwomen devraient se passer.

Jamais assez maigre victoire Macon dauxerre

Dans les trois dernières pages, dénouement trop court, on assiste à un soulagement, Victoire dépose les armes et accepte de lâcher prise. Accepter l’imperfection chez soi. “Oui j’ai loupé le concours de Science Po, Oui j’ai craqué sous la pression, oui je n’ai pas réussi à accepter certaines situations, so what ? Finalement… La vie continue et le plus beau reste à venir pour Victoire Maçon Dauxerre.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s