Paris avec parcimonie

image

J’aime Paris plus que de raison. C’est à dire, si j’étais raisonnable, je haïrais cette ville. En jeune banlieusarde résidente de la petite couronne, j’aime Paris avec parcimonie. Je ne suis pas de celles qui rêvent de s’y établir “un beau jour”. Je ne suis pas non plus une banlieusarde revendicatrice. J’aime tout simplement le calme. Oui, appelez moi Tatie Danielle. J’aime les gens avec parcimonie… aussi.

Mais parfois j’aime m’endormir au cœur de la ville, profiter de ce que la capitale a à offrir de meilleur.

En effet très difficile pour moi de m’enthousiasmer sur la programmation du Theatre Jean Arp de Clamart, et le café de la vieille Mairie. Je regrette souvent Montréal et Vancouver, leur nature à portée de train. Les randonnées et les chalets à 2 dollars de mon palier… Bref… Paris m’offre autre chose : sa culture riche & la beauté architecturale de ses lieux.

C’est avec plaisir que je découvre, un peu chaque semaine un théâtre parmi les milliers d’établissements que comptent Paris. Ce soir là, c’est Le Funambule Théâtre. Je découvre cette salle pour la première fois. La pièce qui se joue s’intitule sobrement “De la Fontaine à Booba”. J’ai appris La Fontaine dans un collège de ZEP et Booba résonnait dans les cours du Lycée et de la faculté. Cela me parle, j’achète.

DialogueAFables_OlivierSchmitt
Visuel Par Olivier Schmitt / touti.fr

DE-LA-FONTAINE-A-BOOBA

L’ambiance de la salle est un peu froide, mais les deux comédiens ne se démontent pas et font illico Panzani pesto fondre la glace entre le public et leur jeu. Ca se réchauffe, petit à petit.

Les deux comédiens servent un texte bien intelligent, malgré une mise en scène assez pauvre, ils s’affrontent dans une joute verbale, où le débit se veut de plus en plus rapide, de plus en plus fou, jusqu’au tournis. J’ai vécu cette heure comme un tour de manège tourbillonnant, un joli remue-ménage.

La seule chose regrettable ma foi est, le fond du sujet un peu bâclé, c’est à dire : les traditions à occulter, une culture française à réinventer, un mélange culturel à enfin accepter… on passe un peu à côté.

Je n’étais pas déçue, seulement, je suis restée sur ma faim.

J’avais sommeil aussi. Et pour ma nuit à Paris, j’ai choisi un 4 étoiles que je voulais avant tout, proche de tout.

image14

Le site booking.com a mis sur la route que je sillonnais avec ma petite 4G, le Best Western Opéra Diamond.

image

Situé à deux pas du métro Saint Lazare , j’y ai passé une nuit calme, en solitaire. Mon programme était simple, dîner tardif devant 2 Broke girls jusqu’à 2:00, petite lecture sous le chandelier du dernier ouvrage de Claire Delannoy, deballage de mon vanity-case, tisane à volonté et extinction des feux.

image

image

imageimage

image

image

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s