Le pire “rendez-vous galant” de ma vie

image

Ce week end, j’ai eu le pire rendez-vous galant de l’histoire du système solaire.

Il est extrêmement rare que je me fasse alpaguer par un homme dans la rue.

Quand le miracle s’est produit, la terre a tremblé, la Seine s’est scindée en deux, et j’ai accepté un rendez-vous.

Le lieu de rencontre était difficile à trouver. Boulogne, le soir, n’a rien de pétillant, à part le bois.

Finalement nous sommes allées dans un bar à vin. Je ne bois que du Schwepps agrumes.

Il commence à blaguer et demande si “ce maquillage” m’empêche de respirer. Ça passe comme une arrête de Tilapia dans la gorge… C’est à dire, “mal”.

Une pensée. Me télétransporter à ma maison, tout de suite, même si c’est pas possible, qu’est ce que Google fout, faudrait s’y mettre.

Dans le bar à vin, on y mange une salade César, à base d’haricots vert en conserve, sans poulet, sans parmesan mais avec des champignons et pas de salade…

La salade, mon rendez-vous s’en charge. Il m’avertit : “j’étais de gauche, je voulais la justice et penser aux autres, maintenant je suis capitaliste, j’aime l’argent”.

T’aimes l’argent mais l’argent n’aime personne. Dans ma tête. “Gogo gadget à l’hélicoptère”. Aller voir loin de lui, si j’y suis.

Il enchaîne sur son ex, rédactrice en chef d’un magazine qui, au bord du burn out, est partie marcher au Vietnam. Oui, ça change de la rue Monge.

Il ajoute qu’il l’a aimée par tous les orifices.

Il revient aussi d’un séjour à Shangai. Il a logé  chez un ami vivant en haut d’une tour de verre. La terrasse du malheureux domine toute la ville, et procure cette sensation grisante d’être le roi du monde. J’ajoute “comme Leonardo DiCaprio sur un gros bateau qui heurte un iceberg et sombre au fond des eaux.”

Monsieur pas content.

J’étale ma science, en parlant de Shanghai et son urbanisme particulier mêlant building de verre, vieille pierre et expropriation.

Il en sait rien, il n’a pas eu le temps de fréquenter “les pauvres”.

Je me dévoile aussi, y’a pas de raison. Je pars au Nouveau Mexique pour les vacances, partir à la rencontre des natifs américains.

J’ai toujours, rêvé d’aller en Amérique du Sud ! dit-il.

Je jette l’éponge… et le cilit bang qui va avec.

“Tu as fais une erreur en venant me draguer, avant-hier”. Avait-il bu trop de sirop pour la toux ?

Je ne serai jamais la jolie fille “qui fait bien” entre une commande Roche Bobois et une lampe Habitat et qui épouse une vision du monde aussi étroite que le passage du Havre.

Je suis partie en disant, je vous remercie, pour ce moment, et vous prie, Monsieur, d’agréer l’expression de mes désillusions les plus dégoûtées.

Advertisements

1 thought on “Le pire “rendez-vous galant” de ma vie”

  1. Je me suis étouffée sur le passage sur les “orifices”!!! WTF?!!
    Bon, tu n’as vraiment pas une vie ennuyeuse, c’est d’ailleurs pour ça que je te lis avec plaisir, mais encore une fois, ne te sous-estime pas en traînant avec de pareils énergumènes!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s