2019 : Passion BD

Jusqu’à très récemment je ne lisais jamais d’ouvrages illustrés.

J’ai débuté l’exercice, il y a peu. J’ai exploré le monde de la bande dessinée essentiellement pour m’évader.

J’étais habituée aux ouvrages aussi épais qu’un pain Poilâne.

Je me targuais d’enregistrer dans ma boîte noire quelques citations littéraires bien senties. Et j’en étais bien vaniteuse.

Ces derniers mois, je rêvais d’excursions sans décoller mes fesses de mon canapé en velours.

J’ai choisi mes lectures au hasard, au gré de mes envies, séduite par un coup de crayon, par une signature fière comme celle de Zorro.

J’étais déjà très fan des duo Pacco-Motin, Dupuy-Berberian & de l’inénarrable Pénélope Bagieu.

J’ai découvert des artistes, d’autres univers dont les narrations m’ont transportées au delà de ce que je pouvais imaginer. J’ai ri, j’ai pleuré, j’ai souri, j’ai exploré un patchwork Desigual d’émotions que je ne soupçonnais pas, j’ai été transportée comme un colis.

J’évite encore consciencieusement les bandes dessinées aventures-dragon-malfrat-avec-cache-œil de Jean-Marie Le Pen, femme fatale avec un buste si ferme qu’il menace le menton, donjons et rixes dans une allée sombre avec des flaques d’eau.

Mais trêves de blablateries, je livre illico mon Top découvertes bandes dessinées avant que mon écriture ait l’effet d’une tisane à la Valériane sur votre cerveau.

1 –

Des mondes parallèles dans lesquels des personnages résolument solitaires évoluent. C’est triste, magique et romanesque à la fois. Le travail sur la psychologie des protagonistes est des plus formidables.

2 –

C’est un ouvrage résolument féministe, tant le personnage féminin est d’une complexité absolument délectable. J’ai été ravie de cette découverte. La finesse des traits de cette bande dessinée se marie merveilleusement à un récit très réussi qui transgresse l’univers conventionné de l’époque Victorienne.

3 –

L’intrigue est complexe et prévisible à la fois. Le récit tire sur la corde sensible : la filiation, les regrets, le devoir de mémoire. Il exhume les morts, il remue les vivants.

4 –

Parce que je suis passionnée par ma génération, ses errances, ses renoncements, ses tournoiements, ses regrets, ses non-dits et sa façon merveilleuse de se cacher derrière des faux semblants.

5 –

Les ravages de la guerre mêlée à une intrigue amoureuse précipitant lentement mais très sûrement, irrémédiablement, un couple vers la déchéance. J’étais absorbée. Les traits sont floues, parfois, imprécis, comme pour mettre en avant les terrains sombres et hasardeux dans lesquels s’engouffrent les personnages.

6 – 

Le cas Fodyl rappelle une possible régression inquiétante des acquis sociaux protégeant les plus vulnérables. Pire, il renvoie au très existant et sombre “Poor People Act”, loi mise en place en Angleterre afin de mettre les laissés pour compte de la révolution industrielle au pas, à coups de travaux forcés.

7 –

Lorsqu’une jeune femme découvre son pouvoir de séduction et la concupiscence de certains hommes, c’est assez imprévisible.

8 –

Un ouvrage que j’ai offert à ma soeur en ignorant que cela traitait de l’autisme Asperger. C’est un bel ouvrage/ témoignage qui évite tous les clichés possibles et imaginables. Il tord et essore bien le coup à l’ignorance de beaucoup de personnes.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s